6 Raisons d’État d’indexer les métadonnées d’un enregistrement sonore

1. Attribuer les crédits aux ayants droits et contributeurs
2. Lier ayants droits et contributeurs à des identifiants uniques
3. Inclure un code géographique ou territorial
4. Adopter les standards mondiaux DDEX
5. Siéger sur les tables trans-nationales de définition des normes
6. Améliorer la découvrabilité des contenus dans les algorithmes de recommandation

Bruegel l'Ancien (1568) The Blind Leading the Blind

Bruegel l’Ancien (1568) The Blind Leading the Blind

►Créer/Produire ►Indexer/Déclarer ►Distribuer ►CONSOMMER ►Mesurer ►Répartir

1. Attribuer les crédits aux ayants droits et contributeurs : une œuvre musicale enregistrée et numérisée est un code binaire orphelin qui ne dévoile rien de sa source et des ayants droits concernés si ces informations ne sont pas ajoutées aux fichiers audio ou ne sont pas liées aux bases de données corollaires. La compilation statistique des usages et la reddition de comptes sont par conséquent faussées ou incomplètes.

Sont visés les auteurs, compositeurs, éditeurs originaux, interprètes et musiciens, producteurs initiaux, réalisateurs, studios d’enregistrement, etc.. Les politiques publiques de soutien à la production de contenus doivent inciter les bénéficiaires de mesures financières à incorporer les noms des ayants droits, contributeurs, ententes de répartition (Embedded Metadata – Blockchain), dans les conteneurs textuels des objets de propriété intellectuelle numérisés.

25% des contenus exploités par les plateformes de musique en-ligne ne sont pas arrimés aux ayants droits concernés… (NY Times)

2. Toute œuvre de propriété intellectuelle ou contributeur à celle-ci doit être lié à un identifiant unique. Les codes ISRC, ISWC, IPI, ISTC, IPN, ISAN, EIDR, ISNI sont des codes ISO ou industriels qui permettent aux machines et procédés informatiques de tracer les contenus et de discerner les homonymes (disambiguation).

Un identifiant approprié pour chacune des composantes du contenu est ce qui permet aux ordinateurs d’associer un enregistrement à l’oeuvre qu’il contient, aux paroles de cette chanson et aux contributeurs qui en sont les artisans et ayants droit, de renseigner numériquement l’intégrité de cette chaîne de valeur.

3. Les métadonnées doivent inclure un code géographique ou territorial pour tout objet de propriété intellectuelle ou contributeur de l’oeuvre. C’est là la seule méthode qui permette la classification de l’origine des pays ou territoires de création et de production des contenus. L’usage des identifiants ISO3166-1, ISO3166-2, UN-LOCODE ou .kml (Keyhole Markup Language) sont nécessaires pour cela.

4. Les entreprises de production, de distribution et les usagers commerciaux d’œuvres numériques doivent adopter les standards mondiaux DDEX d’échange de données informatisé (EDI) (DDEX Message Suite Standards) qui incorporent les métadonnées : RIN (Recording Information Notification), ERN (Electronic Release Notification), MLC (Music Licensing Companies), DSR (Digital Sales Reporting).

5. Lorsque nécessaire ou possible, les associations et entreprises canadiennes, les instances chargées de définir nos politiques publiques doivent siéger sur les tables trans-nationales de définition des normes et standards du numérique (UNESCO, CISAC, ISO, DDEX, ICANN, NCUC, ISOC, W3C-RDF, IETF).

6. Il faut rétablir le contrat social entre les créateurs et les usagers, améliorer la découvrabilité des contenus dans l’offre numérique via les outils de playlisting et de recommandation. Utiliser des contenus enrichis et renouer avec les informations descriptives perdues lors du passage au numérique. Assurer la présence de nos contenus culturels dans le web des données. Créer des listes d’écoute et des contenus éditoriaux, partager ceux-ci. Permettre de circonscrire le quoi, qui, où et comment des contenus CanCon!

MetadD veille numérique culturelle sur Delicious, Scoop.it et sous le mot-clic #musicmetadata
https://delicious.com/youyouca/metadatatop
http://www.scoop.it/t/metadonnees-musicales-un-enjeu-de-diversite-culturelle
https://twitter.com/hashtag/musicmetadata

TGiT est un logiciel canadien de gestion des métadonnées musicales conçu pour les créateurs, interprètes, éditeurs et maisons de disques. C’est outil qui permet une “indexation à la source” pour que votre musique ne soit plus orpheline dans les réseaux numériques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *